La perte de cheveux expliquée

Actuellement, la communauté médicale considère certains types de pertes de cheveux comme parfaitement normaux, réversibles et pouvant être traités avec succès, parce qu’ils sont fréquents, faciles à diagnostiquer et répondant bien aux traitements. Par contre, vous devez vous assurer que votre perte de cheveux est bien causée par l’un de ces facteurs avant d’entreprendre tout type de traitement. Attardez-vous à la liste suivante et vérifiez si l’un de ces facteurs pourrait avoir contribué au bouleversement du cycle de croissance normal de vos cheveux.

Les raisons les plus communes

Les hormones

La perte des cheveux peut être associée à diverses fluctuations ou anormalités hormonales, à un moyen contraceptif ou à une médication de type hormonal. Si nous ne voyez pas d’autres causes possibles pour expliquer votre perte de cheveux, parlez-en à votre médecin traitant ou à votre endocrinologue (médecin spécialisé dans les maladies liées aux hormones), qui fera faire des analyses de sang. Pour les femmes, la grossesse, l’accouchement et la ménopause sont des causes hormonales normales d’une perte de cheveux temporaire.

Les médicaments

Plusieurs médicaments, comme les stéroïdes et la chimiothérapie, ont comme effet secondaire la perte des cheveux. Parlez-en à votre médecin si vous constatez une chute de cheveux, particulièrement lorsque vous commencez une nouvelle médication.

Le stress

Le stress quotidien de même que les traumas (chocs) physiques ou émotionnels sont susceptibles d’affecter les cheveux autant que les autres organes, par exemple le cœur. La chute des cheveux liée à un événement traumatisant est parfois immédiate (effluvium anagène), mais dans d’autres cas elle survient avec un délai de un à six mois après l’événement en question (effluvium télogène). Règle générale, la perte des cheveux liée au stress se résorbe d’elle-même une fois que le corps est revenu à la normale. La perte des cheveux liée au stress se présente habituellement comme un amincissement général de la chevelure, mais elle peut aussi être localisée à certains endroits. Plusieurs médecins croient que le stress est un élément déclencheur pour la maladie auto-immune appelée alopécie circonscrite (alopécie aerata), qui cause la chute des cheveux.

Les infections

Votre coiffeur ou votre coiffeuse pourrait vous signaler certains problèmes du cuir chevelu, par exemple les croûtes, l’accumulation de sébum, les infections fongiques (champignons) comme la teigne (tinea capitis), ou encore d’autres infections. Cependant, un dermatologue devra confirmer le diagnostic et vous prescrire un traitement. Ces différentes affections peuvent réduire la respiration cellulaire au niveau du bulbe, soit à la base du follicule pileux. Des produits coiffants collants qui ne sont pas retirés adéquatement attirent la saleté et les bactéries, et des bouchons risquent alors d’obstruer les pores et les follicules. Cela peut mener à de graves infections et à une alopécie cicatricielle, c’est-à-dire à la destruction des follicules à l’endroit où est située une cicatrice.

Le vieillissement

L’amincissement et la perte des cheveux sont également des signes fréquents du vieillissement. En effet, on note alors une diminution de la production des hormones naturelles, combinée à une augmentation de la dihydrotestostérone (DHT), un dérivé hormonal qui attaque les follicules des cheveux et cause ainsi la calvitie masculine et féminine. Les femmes remarquent généralement un amincissement général et homogène de leur chevelure, tandis que les hommes sont prédisposés génétiquement à perdre leurs cheveux à certains endroits du cuir chevelu, selon une configuration facilement reconnaissable. Chez les femmes, on croit parfois à tort que la perte des cheveux liée au vieillissement est un effet de la ménopause, puisque pendant cette période, le corps s’ajuste à un nouveau niveau hormonal et aux fluctuations dans la production des hormones naturelles.

Les cicatrices

Tout trauma physique aux follicules pileux peut entraîner une chute permanente des cheveux, sous la forme d’une cicatrice ou d’une plaque dégarnie. On appelle «alopécie cicatricielle» cette perte permanente des cheveux provoquée par une cicatrice, que cette dernière soit le résultat d’une infection du cuir chevelu, d’une infection fongique, d’une maladie auto-immune, d’un trauma causé par la coiffure ou d’un accident.

Capilia : solution pour perte de cheveux